Association Guinéenne des Evaluateurs (AGEVAL)

     

 
 Page d'accueil
 Présentation
 Services
 Principes directeurs
 Méthodologies
 Liens
 Fonds documentaire
 Répertoire
 Contact

Principes directeurs de l'évaluation

 

Notre code éthique adopté de l'Association Africaine de l'Evaluation (AfrEA 2002) :

 

Une liste de contrôle pour assister les évaluateurs dans la planification des évaluations, la négociations des contrats, l'examen des progrès et l'assurance de l'exécution adéquate de la tâche.

 

 

Utilité: Les principes directeurs de l'utilité sont destinés à assurer que l'évaluation réponde aux besoins en informations des futurs utilisateurs et que les parties prenantes s'en approprient.

 

U1. (modifié) Identification des parties prenantes. Les personnes et les organisations impliquées dans l'évaluation ou touchées par celle-ci (avec une attention spéciale portée sur les bénéficiaires au niveau communautaire) devraient être identifiées et incluses dans le processus d'évaluation de telle sorte que leurs besoins puissent être abordés, que les conclusions de l'évaluation soient opérationnelles et  reconnues par les parties prenantes dans la mesure où ceci est utile, faisable et permis.

 

U2. Crédibilité de l'évaluateur. Les personnes conduisant l'évaluation devraient être à la fois crédibles et compétentes pour bien accomplir l'évaluation de telle sorte que les conclusions de l'évaluation mènent  à une crédibilité et une acceptabilité maximales.

 

U3. Domaine et Choix de l'Information. L'information collectée doit être largement sélectionnée pour répondre aux questions pertinentes sur le programme et aux besoins et intérêts des parties prenantes spécifiées.

 

U4. (modifié) Identification des Valeurs. La rationalité, les perspectives et les procédures utilisées pour interpréter les résultats doivent être attentivement décrites de telle sorte que la base de jugement de valeur soit claire. La possibilité d'accorder de multiples interprétations aux résultats doit être clairement assurée pour que ces interprétations répondent aux soucis et aux besoins des parties prenantes.

 

U5. Clarté des Rapports. Les rapports d'évaluation doivent décrire clairement le programme en cours d'évaluation, en incluant le contexte, les buts, les procédures et résultats de l'évaluation de  telle façon que  l'information essentielle soit disponible et facilement comprise.

 

U6. (modifié). Disponibilité du rapport à temps utile et Dissémination des rapports. Les résultats provisoires significatifs et les rapports d'évaluation doivent être disséminés auprès des futurs utilisateurs de telle sorte qu'ils soient utilisables et faisables dans les meilleurs délais. Les commentaires et les réactions des futurs utilisateurs sur les résultats provisoires doivent être pris en compte dans la production du rapport final.

 

U7. Evaluation de l'Impact. Les évaluations doivent être planifiées, conduites et présentées dans le sens d'encourager la pérennité du suivi par les parties prenantes de telle sorte que la probabilité de l'utilisation des résultats soit croissante.

 

 

Faisabilité: Les principes directeurs de faisabilité sont destinés à assurer que l'évaluation est réaliste, prudente, diplomatique et économique.

 

F1. Procédures pratiques. Les procédures d'évaluation doivent être pratiques de telle manière qu'elles ne souffrent d'aucune rupture aussi longtemps qu'il y a une information disponible.

 

F2. (modifié) Viabilité politique. L'évaluation doit être planifiée et conduite avec anticipation des positions différentes des divers groupes d'intérêts de telle sorte que leur coopération puisse être obtenue et de telle manière que les tentatives possibles de certains de ces groupes d'écourter l'opération d'évaluation, d'influencer ou de mal appliquer les résultats puissent être écartées dans la mesure du possible dans une situation institutionnelle et nationale donnée.

 

F3. (modifié) Efficacité du Coût. L'évaluation doit être efficiente et doit  produire l'information d'une valeur suffisante afin que les ressources engagées puissent être justifiées. Elle doit rester dans la limite du budget prévu et doit établir la comptabilité pour les dépenses.

 

 

Propriété: Les principes directeurs corrects sont destinés à assurer que les évaluations sont conduites légalement avec éthique et avec une attention particulière pour le bien-être de ceux qui sont impliqués et de ceux qui sont touchés par les résultats.

 

P1. Orientation du Service. L'évaluation doit être  pensée pour répondre efficacement aux besoins de toute la gamme des parties prenantes ciblées.

 

P2. (modifié) Accords formels. Les obligations des parties prenantes à l'évaluation (que faut-il faire?, comment?, par qui?, quand?) doivent être convenues à travers les dialogues et  les écritures pour que toutes les parties prenantes aient une compréhension commune de toutes les clauses de la convention et pour qu'il soit possible de renégocier en bonne et due forme si nécessaire. Une attention particulière doit être accordée aux aspects implicites et informels de toutes les parties impliquées.

 

P3. (modifié) Droits des parties prenantes. L'évaluation doit être pensée et conduite pour respecter les droits et le bien-être des parties prenantes et des communautés auxquelles elles sont associées. La confidentialité des informations personnelles collectées dans différentes sources doit être protégée.

 

P4. (modifié) Les rapports humains. Les évaluateurs doivent respecter la dignité et la valeur humaine dans leurs interactions avec d'autres personnes impliquées dans l'évaluation de telle sorte qu'elles ne soient pas menacées, ni lésées, ou que leurs valeurs religieuses et culturelles ne soient pas compromises.

 

P5. Evaluation Complète et Satisfaisante. L'évaluation doit être complète et satisfaisante dans l'examen et l'enregistrement des forces et des faiblesses du programme en cours d'évaluation de telle sorte que les forces puissent être reconstituées et tous les problèmes abordés.

 

P6. (modifié) Diffusion des Conclusions. Les parties prenantes à une évaluation doivent être au courant des résultats de l'évaluation, y compris ces limites, en garantissant la confidentialité afin de ne pas exposer les agences d'exécution et les évaluateurs aux intimidations.

 

P7. Conflits d'Intérêts. Les conflits d'intérêts doivent être réglés de façon objective pour ne pas compromettre le processus et les résultats de l'évaluation.

 

P8. Responsabilité Fiscale. Les honoraires et dépenses relatifs à l'évaluation doivent respecter les procédures comptables en vigueur.

 

 

Précision: Les principes  de précision sont destinés à assurer qu'une évaluation  révélera  et apportera  une information techniquement adéquate autour des caractéristiques qui déterminent la valeur de mérite du programme en cours  d'évaluation.

 

A1. (modifié) Documentation du Programme. Le programme en cours d'évaluation doit être clairement défini et précis en mettant l'accent particulier sur les aspects d'échanges de communication tant verbale qu'écrite.

 

A2. Analyse du Contexte. Le contexte dans lequel le programme évolue doit être examiné dans les moindres détails en incluant les aspects sociaux, culturels et environnementaux de manière à identifier et à évaluer son influence sur le programme.

 

A3. Buts et Procédures Présentés. Les buts et procédures de l'évaluation doivent être décrits et suivis dans les moindres détails de manière à être identifiés et évalués.

 

A4. (modifié) Sources d'Informations Défendables.  Les sources d'information utilisées dans le programme d'évaluation doivent être décrites dans les moindres détails afin de s'assurer  l'adéquation de cette information sans compromettre l'anonymat et/ou toute sensibilité d'ordre culturel ou individuel des répondants.

 

A5. (modifié) Information Valide. Les procédures de collecte de l'information doivent être choisies, développées et ensuite mise en oeuvre pour s'assurer que leur exécution sont valides et adéquates.

 

A6. Information Fiable. Les procédures de collecte de l'information doivent être choisies, développées et ensuite exécutées de manière à s'assurer que l'information obtenue est suffisamment fiable et adéquate.

 

A7. Information Systématique.  L'information collectée, traitée et rapportée sur une évaluation doit être systématiquement revue et toute erreur signalée doit être corrigée.

 

A8. Analyse de l'Information Quantitative.  Les données quantitatives dans une évaluation doivent être correctement et systématiquement analysées afin que les différentes questions sur l'évaluation trouvent effectivement une réponse.

 

A9. Analyse de l'Information Qualitative.  L'information qualitative dans une évaluation doit être correctement et systématiquement analysée afin que les différentes questions sur l'évaluation trouvent effectivement une réponse.

 

A10. Conclusions justifiées.  Les résultats d'une évaluation doivent être explicitement justifiés afin que les parties prenantes puissent les évaluer.

 

A11. Impartialité du rapport.  Les procédures pour la rédaction du rapport d'évaluation doivent assurer que les subjectivités ne vont causer aucune distorsion et aucun biais d'une partie de l'évaluation afin que le rapport reflète réellement les résultats de l'évaluation.

 

A12. Méta-évaluation. L'évaluation en elle-même doit être formellement et systématiquement évaluée par rapport à ses principes directeurs et à d'autres encore afin que sa réalisation soit faite de façon appropriée et permette ainsi aux parties prenantes d'évaluer ses forces et ses faiblesses.

 

Webmaster: agevalorg@yahoo.fr